Forêt en détresse : rencontre avec le maire Daniel Klieber

 

Commune rurale et agricole, Ohlungen-Keffendorf possède également une forêt sur plus de 25% de son territoire.

Tous les deux ans, le Festival Summerlied anime la forêt d’Ohlungen avec des concerts d’artistes de renommée internationale et nationale. On y retrouve des concerts de variété et de musique du monde mais également une scène dédiée à la scène locale et aux découvertes musicales

 

Annulation du festival SUMMERLIED

Accablé, le maire Daniel Klieber m’a annoncé l’annulation du festival SUMMERLIED – édition 2021, qui fait la renommée de son village. Ce festival a lieu tous les ans dans la forêt avec un grand succès public. Il  accueille de grands noms comme Tri Yann, les Weepers Circus, Stephan Eicher, Hugues Auffray, I Muvrini, Goran Gregovic, et tant d’autres …

Cette annulation n’est pas le fait de la crise sanitaire que nous subissons depuis plus d’un an. Elle est le fait de l’état sanitaire de la forêt et du fort risque de chutes de branches et de chutes d’arbres. C’est une décision juste pour assurer la sécurité de tous.

 

Le Maire vérifie l’espace boisé

La commune d’Ohlungen a fait procéder à une vérification de l’espace boisé qui accueille différentes manifestations publiques et culturelles, notamment le festival SummerLied.

Après une longue étude, l’Office National des Forêts vient de livrer les résultats du diagnostic qui a consisté à contrôler l’état sanitaire et mécanique des arbres, tout en préservant le patrimoine arboré. Afin de garantir la sécurité du public et dans l’attente d’une mise en conformité, le Maire d’Ohlungen a pris un arrêté conservatoire « portant interdiction de pénétrer dans l’espace délimité Place des Fêtes« .

Réuni d’urgence, en pleine préparation du festival qui devait se tenir du 12 au 15 août prochains, dans ce lieu mythique qui fait partie de l’ADN de SummerLied, le bureau de l’association a été contraint de prendre la cruelle décision de surseoir à l’organisation de l’édition 2021.

 

La forêt dans un état alarmant

Nous avons fait un tour en forêt, de nombreux arbres sont touchés : chênes, hêtres, frênes soient par des maladies ou parasites, notamment en raison de différentes sécheresses et par l’augmentation des températures. Au niveau des résineux  (sapins, pins, …), la situation est encore pire : la plupart sont morts et/ou tombés à terre.

La situation des résineux est alarmante, initialement déclenchée en région Grand Est, l’épidémie de scolytes s’étend désormais sur la quasi-totalité des forêts d’épicéas, de la moitié nord de la France (Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Normandie) à l’Auvergne Rhône-Alpes. Ces insectes, dont la taille varie entre deux et sept millimètres, sont naturellement présents dans notre écosystème. Le scolyte commet les plus gros dégâts dans les forêts d’épicéas, notamment dans le Grand-Est en creusant des galeries dans le cambium (une fine couche sous l’écorce) pour y déposer leurs œufs.

Cette épidémie, préoccupante pour la santé des forêts et des écosystèmes concernés, inquiète les professionnels de la filière bois. Habituellement valorisés comme bois de charpente et de menuiserie, les épicéas altérés par le scolyte sont déclassés par les scieurs, notamment en raison du développement d’un champignon qui accompagne les scolytes et qui vient bleuir le bois.

Les forêts en France et particulièrement les forêts du Bas-Rhin sont confrontées de très nombreux problèmes

Le territoire français accueille 10 % de la surface des forêts en Europe, ce qui la place en 4e position. La région Grand Est est une des régions les plus boisées de France, avec un taux de boisement de 33%. La forêt au nord de la plaine d’Alsace dite forêt de Haguenau est la 6ème surface forestière de France.

J’ai été désigné, avec un de mes collègues, pour représenter l’Assemblée nationale au Conseil National Supérieur de la Forêt et du Bois. J’y ouvre le débat sur l’avenir et la viabilité économique de l’ensemble de la filière. Au même titre que mon travail sur la ressource en eau, je souhaite inscrire mon travail parlementaire sur la filière forêt-bois dans une réflexion à moyen-long terme.

Les forêts en France et particulièrement les forêts du Bas-Rhin sont confrontées de très nombreux problèmes. Les changements climatiques sont nettement visibles dans nos forêts et prennent différentes formes :

  • les 3 années de sécheresse consécutives ont provoqué la mort sur pied de très nombreux épicéas, sapins, hêtres … ;
  • les effets conjugués d’un manque d’eau et des fortes chaleurs sont un terreau fertile à la prolifération d’insectes destructeurs comme les scolytes qui s’attaquent aux arbres sur pied ou aux hannetons dont les larves mangent les racines des jeunes arbres ;
  • de nouvelles maladies se développent comme la chalarose du frêne, la rouilles des peupliers, la maladie du chancre à Endothia pour les châtaigniers,… parfois accompagnées par le développement de champignons pathogènes.

Ces nouveaux facteurs de stress pour les arbres peuvent dans certains endroits se cumuler avec un déséquilibre cynégétique provoqué par la sur-abondance d’animaux sauvages comme les cerfs et les sangliers qui vont s’attaquer aux écorces et branches basses et manger la totalité des petites pousses au sol en empêchent le développement des futurs arbres.

 

Julien Denormandie le ministre de l’Agriculture, a annoncé récemment le lancement du plus grand plan de reboisement depuis l’après-guerre. Il prévoit une enveloppe de 200 millions d’euros pour planter 50 millions d’arbres. Le ministre de l’Agriculture entend ainsi donner les moyens à l’Office national des forêts d’exercer ses missions.

 

Je suis en contact permanent avec les élus et avec les citoyens

Avec mon équipe, nous rencontrons les citoyens lors des 250 permanences que nous tenons annuellement dans les 42 communes de la 9ème circonscription du Bas-Rhin. C’est l’occasion d’y entendre les citoyens, les associations, les entreprises et les élus, de prendre en compte leurs problèmes rencontrés, de les accompagner ou les soutenir dans leurs démarches.  L’un des missions essentielles du parlementaire est l’évaluation et le contrôle de la mise en œuvre des lois et de  l’action publique Ces rencontres me permettent d’exercer cette mission  et donc de remonter auprès des ministères concernés ou à l’assemblée les situations ou problématiques rencontrées et, également, d’alimenter le travail législatif ou les réflexions, lors des séances de travail,   à l’Assemblée nationale, ou réglementairement.

Après 4 ans de mandat, j’ai pu constaté que ces rencontres,sont des moments riches et essentiels. Ce sont surtout des rencontres passionnantes avec des citoyens impliqués et engagés.